Autour
de moi

Le match aquabiking - waterbike

Le match aquabiking - waterbike
Édito 51
Karen Émilie
Karen ÉMILIE

L'eau et le vélo en toile de fond

17 Janvier 2012
Une fois n’est pas coutume, cet édito prolonge notre " à la une" de la semaine dernière. Car pour bien comparer, il faut avoir testé, notamment quand il s’agit de pratiques sportives. Et s’il y a deux disciplines qui font le buzz en ce moment tout en prônant leurs différences, c’est l’aquabiking, d’un côté, et le waterbike, de l’autre. Leur nom n’est guère différent pourtant : aqua + biking versus water + bike... à l’anglaise s’il vous plaît. Dans les faits, cependant, leur pratique l’est malgré un même engin : le vélo, et le fait de le chevaucher en jouant du pédalier dans l’eau, autre élément commun. Ensuite tout change ou presque : cadre, effort... Comme vous pourrez le constater aussi, il ne s’agit pas non plus de limiter la comparaison à une activité de remise en forme effectuée en groupe à une autre réalisée en cabine privée. D’autres éléments entrent en compte...

Avant de plonger dans le vif du sujet, je vous invite à relire l’édito "Aquabiking : le vélo se jette à l’eau" et notre visite mystère au centre Aqua and Bike à Paris 6ème, notre visite mysère à l'Atelier Mood à Paris 2ème...

En selle...
L’aquabiking et le waterbike se pratiquent en maillot de bain, assis(e) sur un vélo type d’appartement et chaussé(e) de chaussons spéciaux. Ce dernier accessoire, qui complète la panoplie de la ou du "cycliste en eau", est indispensable pour avoir le pied calé et pouvoir prendre appui sur les pédales. Ne l’omettez pas... par souci d’élégance ou d’économie (moins de 10€).
Lors d’une séance d’aquabiking, le vélo est immergé dans une piscine alors que dans le cas du waterbike, il est logé dans une coque haute. D’où deux modes opérationnels différents : le cours collectif versus la cabine privée, à l’abri des regards extérieurs.
La séance d’aquabiking est "donc" coachée par un professionnel et rythmée par une bande-son alors que le waterbike "se vit" de façon autonome : vous réglez la résistance du pédalier, l’inclinaison du guidon... et pédalez à votre rythme. De par sa pratique en bassin, l’aquabiking permet des changements de position, de rythme, l’alternance cardio-training et endurance... tout au long de la séance et surtout le travail du haut du corps. L’étirement dans l’eau, en fin de séance, fait également partie du programme. A l’inverse, le waterbike est "monogame" et statique : vous pédalez dans l’eau, point ! Seule variante : le rythme que vous vous imposez. Mais grâce à son infrastructure coque, des options ont été ajoutées : ozone, chromathérapie, buses d’eau massantes, musicothérapie. A ce jour, il manque toutefois, un outil pour mesurer sa cadence, sa performance, le chemin parcouru, les calories brûlées (soyons fous !). Enfin, le haut du corps ne peut-être sollicité du fait du volume limité de la coque. Les changements de position (assis, en danseuse, accroupi entre le guidon et le pédalier...) sont également impossibles.
Quant à l’eau, même si commune aux deux pratiques, elle diffère aussi : chlorée pour l’aquabiking, du moins je vous le souhaite sauf à imaginer une piscine naturelle voire minérale, alors que celle du waterbike est enrichie en ozone et changée à chaque séance.
Concernant le réseau français des centres où pratiquer ces deux disciplines, critère important pour pouvoir s’y adonner, celui de l’aquabiking est en développement mais les bons créneaux horaires sont souvent pris d’assaut. Celui du waterbike est en début de développement mais bénéficie d’un réel potentiel au niveau de son maillage national (car nul besoin d’une piscine comme première pierre à l’infrastructure) et de la souplesse de ses horaires. Ne nécessitant pas de coach ni une assemblée au complet, l’ouverture tardive en semaine voire même le dimanche est courante.

Ainsi et comme écrit plus haut, au-delà de la pratique en cours collectif pour l’aquabiking et en cabine privée pour le waterbike, l’exercice n’a pas la même intensité ni le même "rayonnement corporel", le premier étant de facto plus complet. L’absence d’outils pour mesurer sa performance lors d’une séance de waterbike est également un moins, qui devrait être corrigé lors de la sortie des vélos de seconde génération.
Enfin et s’il ne s’agit pas ici d’arrondir les angles ni d’annoncer le match nul, les deux sports peuvent être pratiqués tour à tour à des moments différents de la semaine, pour un effort salutaire et des bienfaits assurés.
A vous de faire votre choix...

Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel édito.
Soins
Adresses
Atelier MoodStudio yoga, forme, relaxation
Atelier MoodAu top de sa forme !
9 rue d'Aboukir
75002 Paris

Adresse testée

par SpaEtc
Aqua and BikeStudio yoga, forme, relaxation
Aqua and BikeJetez vous à l'eau !
24 rue Monsieur le Prince
75006 Paris

Adresse testée

par SpaEtc
Aqua ByStudio yoga, forme, relaxation
Aqua ByDoit trouver sa vitesse de croisière
82 rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris

Adresse testée

par SpaEtc
Aquabike L'entrepôtStudio yoga, forme, relaxation
Aquabike L'entrepôtLe massage H2O au banc d'essai
21 rue du Faubourg Saint Antoine
75011 Paris

Adresse testée

par SpaEtc