Autour
de moi

L’homme qui voulait changer d’âge

L’homme qui voulait changer d’âge
Édito 331
Karen Émilie
Karen ÉMILIE

C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures

20 Novembre 2018
L’anecdote que je vais vous raconter pourrait être une blague, mais il n’en est rien. Et je n’emploierai pas le terme de fake news tant sa candeur est désarmante, bien loin de quelques truquage et manipulation. Comme dirait Coluche, "c’est l’histoire d’un mec", Emile Ratelband, hollandais de 69 ans qui a saisi un tribunal néerlandais pour "discriminations à cause de son âge", sur le marché de l’emploi et en amour. Plus directement, l’homme demande à être rajeuni de 20 ans, non pas grâce à la chirurgie esthétique, mais sur son passeport. En d’autres termes, ce "sexa" voudrait redevenir "quadra" par un tour de passe-passe administratif : 49 ans et un coup de tampon !

Si la demande peut surprendre, à chaud, elle est argumentée par son demandeur qui "se sent jeune, affûté et souhaite surtout que cela soit reconnu légalement" (d’où le passeport). Il faut dire qu’Emile Ratelband, père célibataire (d’où la discrimination en amour et sa quête), est également coach personnel dans le développement de la conscience de soi. Il semblerait donc qu’à force de travailler sur lui et de s’entretenir, naturellement, l’homme ait pris conscience qu’il avait de nouveau 49 ans ! Avant il y avait "être jeune dans sa tête", maintenant, il pourrait y avoir "être jeune dans sa tête et dans son corps" grâce à Emile Ratelband…

J’ajouterai pour que vous saisissiez bien les motivations de ce monsieur, qu’il avait tenté à plusieurs reprises de faire cesser son droit au minimum vieillesse, en vain. "Motivé, le gars !", comme dirait un autre comique.

En lisant cette anecdote dans la presse, je me suis demandée si nous étions dans un cas de jeunisme extrême ?
Certes l’homme demande un "rabais" sur son âge, donc une "rallonge" sur son hypothétique espérance de vie, sachant que son retour dans la quarantaine serait de courte durée, avant un repassage dans la cinquantaine, pile un an après. Mais, il ne semble pas vouloir "tricher" sur son apparence, avec laquelle il vit bien, ce qui est le propre du jeunisme ou du moins une composante importante.

In fine, si le tribunal en question a été "déstabilisé" par cette requête inédite, que les chances de succès sont limitées pour ne pas dire inexistantes, la réalité est que nous nous sentons vieilles et vieux, avant tout dans le regard des autres. Et la bonne nouvelle c’est que les mentalités changent et que middle life est désormais à 40 ans pour les hommes et à 43 ans pour les femmes…
Bref, nous avons encore quelques belles années devant nous, à cultiver en prenant soin de nous !

Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel édito.

PS. L'homme en illustration de cet édito n'est pas Emile Ratelband...
Soins