Autour
de moi

​2018 comme il vous plaira...

​2018 comme il vous plaira...
Édito 299
Karen Émilie
Karen ÉMILIE

Une nouvelle année à composer entre passé, présent et avenir

9 Janvier 2018
J’ai appris récemment que nombre de pays avaient des traditions bien à eux pour fêter la nouvelle année, façon terre brûlée, projection to de go ou mix des deux. Autrement dit : je suis face à une page blanche qui fait fi du passé, je me projette avec mes bagages ou encore j’envisage l’avenir en restant moi.

Ainsi, en Espagne, quand les douze coups de minuits résonnent, on gobe (si, si, on gobe du verbe gober comme avaler tout rond) douze grains de raisin, qui représentent les mois à venir. Comme vous l’aurez compris, le but est d’identifier les mois qui passeront comme une lettre à la Poste et ceux qui seront plus durs à (di)gérer. Malin ! Aussi, si le septième grain coince, c'est que juillet s'annonce mitigé voire carrément pourri...

En Allemagne, dans la même logique « divinatoire », on lit dans le marre de plomb (poudre de plomb saupoudrée dans l’eau) pour décrypter des dessins prémonitoires. Quant à leur interprétation très intuitu personae…

A contrario, en Ethiopie, on brûle tout ce qui a trait à l’année passée. On fait table rase, on repart sur d’autres bases. Idem au Danemark où la vaisselle ébréchée pendant l’année écoulée est cassée en fanfare pour ne pas être oiseau de mauvais augure. De la même façon, au Japon, la tradition veut que l’on se rende dans un temple bouddhiste pour s’immerger dans les 108 coups de gong, représentant tous les péchés humains, pour s’en laver. Poids du passé quand tu ne nous tiens plus…

Au Brésil, un peu différemment, on fait des offrandes à la mer, pour que la déesse des flots nous apporte santé, prospérité… entre deux eaux (le présent et l’avenir).

Bref, à la lecture de ces quelques exemples (il y en a d’autres), il semblerait que nous franchissions différemment le passage de n-1 à n.

En France, nous n’avons pas de telles traditions sauf celle peut-être et qui semble assez désuète de s’embrasser sous le gui, une plante parasite pourtant mais pas dénuée de pouvoirs extraordinaires sous la houlette du druide Panoramix…
Aussi, parce que le passé fait partie de nous, ne le brûlons pas par les deux bouts, mais tâchons aussi de nous réinventer car nous sommes aussi acteurs de notre vie.

Prenez soin de vous et très heureuse nouvelle année !

Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel édito.
Soins