Autour
de moi

Le cheveu sans état d'âme

Le cheveu sans état d'âme
Édito 83
Delphine HENRIET
Delphine HENRIET

Le lisse, un leitmotiv en boucle

9 Octobre 2012
Combien de fois n’avez-vous pas entendu chez le coiffeur : « Cela fait 20 ans que je fais ce métier et personne n’est jamais content de ce qu’il a ! » Comprenez : sa nature de cheveux. Trop raplapla, frisée, terne, rebelle, éparse… N’en jetez plus, nous nous sommes tous « arrachés les cheveux » au moins une fois dans notre vie pour un épi, un frisoti, un mauvais pli...
Si les artisans de la coiffure nous le font « gentiment » remarquer, en ouvrant une légère brèche psychologique à l’heure du « acceptez-vous comme vous êtes », ce n’est pas par ironie ni sarcasme, mais bien parce que c’est vrai. Inutile de vous donner les chiffres, nous sommes tous concernés sauf ceux qui ont pris le parti de « se faire la boule à zéro » pour ne plus avoir « se faire de s cheveu x » ! Cela étant, le monde de la coiffure ne prospérerait pas si nous étions tous satisfaits de notre « for » capillaire.

Les marques et les professionnels l’ont bien compris ! Si la permanente façon caniche a définitivement quitté les bacs, que les mèches tutti coloris mêlant blond, roux et châtain également… le it du moment est le lisse. Le volume, les boucles, le chignon… ne sont pas pour autant relayés aux oubliettes mais comme avant toute coiffure travaillée (volume, boucles, chignon…) il faut du lisse, autant commencer par lui qu’il soit naturel ou post technique. Et cette dernière a fait un pas de géant en lisse, en quelques années seulement.

Est-ce le développement des multinationales de la cosmétique capillaire dans les pays émergents qui explique cette cadence de nouveautés ? Sûrement ! Car en Afrique, en Amérique du Sud… le lisse est roi comme le volume et la couleur le sont en Asie. Il y a cinq ans à peine, opter pour un défrisage (chimique) restait un acte isolé ou très marqué ethniquement : les femmes africaines ont, depuis The Supremes et Diana Ross, toujours raffolé du lisse. Or avec l’avènement du lissage brésilien, qui n’est pas un défrisage chimique à proprement parler mais un renforcement à base de kératine, l’acte s’est démocratisé avec même une option bio. Malgré cela, sauter le pas pour le lisse n’est toujours pas évident, en France notamment, et reste coûteux.

C’était compter sans l’imagination de L’Oréal et de Rowenta, qui ont créé un appareil de lissage courte durée ou « apéritif », à utiliser en salon ou chez soi : le Steampod. Associant kératine, vapeur, plaques de lissage… il permet de tester « sans risque et de façon éphémère » la technique du lissage, avant d’y adhérer ou d’y renoncer. Malin et à découvrir prochainement dans les colonnes de Spa Et Cetera !

En attendant, consultez vite notre rubrique « Les soins » pour en savoir plus sur le Steampod et les adresses qui le proposent…

Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel édito.